AFRICSanté, la Recherche, l'Expertise et la Formation en Santé au profit de toute la communauté...

Vision et Ambition

Notre vision Contribuer à l’amélioration de la santé de la reproduction, notamment celle de la mère et de l’enfant au Burkina Faso et dans la sous–région ouest Africaine. Nos missions Servir de guide opérationnel pour l’action aux structures, instituts, organisations intervenant dans le domaine de la santé de la reproduction ; Servir de cadre (...)

Lire la suite...

Cours international sur le monitoring et l’évaluation des programmes de santé maternelle et néonatale

 

Cette formation AFRICSanté a été organisée du 2 au 18 février 2009 à Bobo-Dioulasso, en partenariat l’Institut de National de Sciences de la Santé (INSSA) de l’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso et Ipact International (Grande Bretagne) concepteur de la formation. Le Cours était intitulé « Monitoring et Evaluation des programmes de santé maternelle et néonatale ».
3.1. Présentation de l’activité
Il s’agissait du 2e cours international francophone sur cette thématique, après le premier à Rabat (Maroc) en janvier 2008. Il était destiné aux responsables de programmes et aux décideurs en matière de mise en œuvre de programmes de santé maternelle et néonatale dans leurs pays respectifs. Ainsi, 26 participants venant de 4 pays (Congo Brazzaville, Gabon, Tchad et Burkina) ont pris part à la formation qui s’est déroulée au Centre de Calcul de l’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Président de l’Université, avec la présence du Directeur Régional de la Santé, des représentants d’Ipact International et de l’UNFPA, des facilitateurs dont le Vice-Doyen de l’INSSA, le Président de AFRICSanté et un représentant de Family Heath International. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Président de l’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso. Plusieurs organes de presse ont couvert l’événement dont la Télévision Nationale du Burkina. Pendant deux semaines, les différents participants ont pris part à 33 sessions de formation sur des thématiques et centres d’intérêt divers illustrés par des exercices concrets d’application. Les trois institutions partenaires qui ont œuvré pour l’organisation du cours ont bénéficié de l’appui financier de l’UNFPA qui a accordé des bourses à la plupart des personnes admises, avec la contribution d’autres institutions comme l’OMS ou d’autres agences de coopération internationale. D’autres institutions, notamment Family Health International (Etats Unis) et l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers (Belgique), ont apporté un appui technique avec la présence de deux facilitateurs délégués pour la circonstance.

La formation a été organisée en 34 modules subdivisés en sessions variables selon le module. Les sessions ont consisté en des présentations powerpoint interactives suivies d’exercices pratiques d’application à partir des expériences concrètes des participants de chaque pays. Les facilitateurs avaient le profil annoncé de responsables de programmes au niveau national ou régional dans leurs pays et ont fait preuve d’un grand intérêt pour les activités proposées. Une évaluation hebdomadaire était l’occasion de faire un bilan d’étape en temps réel en tirant les enseignements. En marge des activités formelles du Cours, deux sorties récréatives ont été organisées à l’intention des participants et ont été positivement appréciées. La formation a été clôturée en présence du responsable de la formation de Ipact International, du Vice-Doyen de l’INSSA et du Président de GREFSaD, avec une remise d’attestations et un cocktail d’aurevoir comprenant une animation culturelle et musicale.

Cette offre de formation fait suite aux activités de l’Initiative Immpact de recherche sur la santé maternelle et néonatale dont les activités étaient destinées à améliorer l’évaluation des programmes de santé maternelle en tant qu’instrument permettant des interventions plus efficaces pour réduire significativement le niveau élevé de mortalité maternelle dans de nombreux pays en développement. L’idée majeure est de mieux connaître (ampleur réelle de la situation, effets ou impact des programmes spécifiques mis en œuvre) pour intervenir plus efficacement par la pise en place de stratégies de riposte appropriées et adaptées aux contextes locaux. Dans cette perspective, les différents modules enseignés entrent en droite ligne du paquet d’outils qui ont été développés ou renforcés dans le cadre des activités des huit programmes de travail associés pour la mise en œuvre de cette initiative internationale de grande envergure.

Les participants nantis de fondamentaux pour le renforcement de leurs connaissances et compétences en MEPSMN ont exprimé unanimement leur satisfaction en faisant écho de l’ensemble des efforts déployés tout au long de formation. La clôture a été marquée par la remise des attestations et un cocktail d’aurevoir dans un cadre convivial.

3.2. Equipe

- L’INSSA était représenté par le Pr Blami Dao (Vice-Doyen et Chef du service de Gynécologie et d’obstétrique du Centre Hospitalier Universitaire Sourou Sanou de Bobo-Dioulasso).

- Ipact International était représenté respectivement par Dr Dominique Dubourg (IMT) et Mme Krystyna Makowiecka, précédemment responsable de la formation. Le staff technique a également contribué à distance à la préparation des activités (sélection des candidats, conception des supports promotionnels). Par ailleurs, Pr Vincent de Brouwere et l’équipe de l’INAS (Maroc) ont joué un rôle actif dans l’adaptation du contenu du cours, par la prise en compte et l’intégration des enseignements tirés de la première édition francophone.

- AFRICSanté : la coordination de l’ensemble des activités pédagogiques a été assurée respectivement par Dr Rasmané Ganaba (directeur exécutif d’AFRICSanté) et Pr Blami Dao, avec l’appui technique de Dr Nicolas Méda (président d’AFRICSanté). L’organisation pratique a été assurée Dr Maurice Yaogo (chargé de la formation d’AFRICSanté), M. Souleymane KEKELE (chargé de la communication), avec une implication active du staff administratif (Mlle Emma Denise Bationo et M. Edgar Diboulo) et l’ensemble du personnel d’AFRICSanté.

3.3. Activités & résultats

L’organisation pédagogique du cours a consisté en des présentations en plénière suivies d’exercices pratiques et de discussions de groupes par pays représenté. L’articulation a été faite essentiellement entre quatre composantes principales :

1°)- Une partie introductive (sessions 1 à 4) visant à donner un aperçu global du contenu du cours dont les différentes sessions se succèdent dans un ordre logique, en insistant sur l’importance de la continuité des travaux par pays et l’intérêt pratique du cours pour des professionnels de haut niveau en activité dans des sphères de décision sanitaire. Après la présentation des principes du cadre logique, une mise en application est faite par l’analyse et un rapport synthétique des stratégies nationales des différents pays dans l’exercice pratique y relatif. Une présentation sur les OMD en rapport avec les stratégies de réduction de la mortalité maternelle (OMD 4 et OMD 5 additionnel) est faite pour fournir des bases devant être intégrées dans les différentes sessions.

2°)- une partie relative au monitoring des programmes de santé maternelle et néonatale (sessions 7 à 16), avec une présentation des approches opérationnelles dans le processus de mise en place et de suivi des interventions. En partant d’une description du système d’information de routine, des indicateurs (nationaux et internationaux) utiles sont définis et calculés en identifiant les erreurs potentielles et la pertinence pour le monitorage des activités. Des exercices de simulation autour de la comparaison des performances des districts et l’éventualité du recours à des études complémentaires avec l’intérêt pratique d’un feedback vers les acteurs sont mis en relief.

3°) une partie consacrée à l’évaluation des programmes de santé maternelle et néonatale (sessions 17 à 31), en combinant l’analyse préalable des détenteurs d’enjeux, l’identification des questions, devis et stratégies d’évaluation et en illustrant par un exercice d’application. Les contributions d’autres approches complémentaires (approches qualitatives, évaluation économique) sont décrites comme pouvant être associées utilement à la démarche. Conjointement, les règles pour concevoir des termes de références en fonction des besoins possibles d’expertises extérieures et les techniques de plaidoyer sont enseignées et mises en pratique par un exercice d’application intégrant plusieurs dimensions.

4°)- une dernière partie constituée d’une session portant sur une synthèse du contenu du cours, en faisant ressortir l’articulation entre le cadre logique et les différents modules. Dans le même ordre d’idées, les synthèses des journées précédentes avant les sessions journalières et l’évaluation d’ensemble dont les résultats ont été présentés avant la fin du cours ont donné une vue récapitulative de ce qui a été fait et les enseignements qu’on pouvait en tirer.

3.4. Valorisation
L’ensemble des activités du cours ont fait l’objet d’un reportage vidéo et photo dont un montage ultérieur pourra être diffusé comme support de dissémination. En outre, un reportage de la Télévision nationale du Burkina sur la cérémonie d’ouverture a été diffusé les jours suivant l’événement. Le nombre élevé de candidatures en provenance de plusieurs pays à cette édition du cours et l’engouement des participants témoignent de l’intérêt accordé au contenu intrinsèque des différents modules dispensés. L’idée de reconduire l’organisation régulière du cours avec la possibilité d’en faire un diplôme universitaire a été suggérée dans une perspective de pérennisation et de valorisation des acquis.

 

  Publication AFRICSanté

RESEARCH ARTICLE Prevalence of and Factors Associated with Human Cysticercosis in 60 Villages in Three Provinces of Burkina Faso


Hélène Carabin1*, Athanase Millogo2, Assana Cissé3, Sarah Gabriël4, Ida Sahlu5,6, Pierre Dorny4, Cici Bauer7, Zekiba Tarnagda8, Linda D Cowan1†, (...)

Lire la suite...

 

RESEARCH ARTICLE :The obstetric care subsidy policy in Burkina Faso : what are the effects after five years of implementation ? Findings of a complex evaluation


Rasmané Ganaba1*, Patrick G. C. Ilboudo1, Jenny A. Cresswell2, Maurice Yaogo1, Cheick Omar Diallo3, Fabienne Richard4, Nadia Cunden5, Veronique (...)

Lire la suite...

 

 

 

ADRESSES :

Siège : Bobo-Dioulasso au 773, rue Guillaume Ouedraogo

BURKINA FASO

01 BP : 01 BP 298 Bobo-Dioulasso 01

Email : africsante@gmail.com

Tél : +226 20 98 63 68 —Fax : +226 20 98 63 69

 

 

 

Copyright©AFRICSanté 2014